De tortues en aiguilles

De tortues en aiguilles

Ma collection

Quelques tortues de ma collection.

Une petite demande

Pour une fois je fais appel à vous mes amies:depuis de nombreuses années je cherche un bac à glaçons tortues,dans chaque magasin où je vais je regarde,je vois toutes sortes de formes mais jamais de tortues!Je connais quelqu'un qui possède ce bac dans sa collection,il l'a obtenu d'une dame belge!Lors d'un voyage en Belgique j'ai cherché dans toutes les villes que nous avons visitées,en vain!

Si quelqu'un en trouve un de n'importe quelle couleur, n'importe quel pays je suis preneuse,(pas en or évidemment,je n'aurais pas les moyens).Merci d'avance,peut-être.........quelqu'un en a-t-il un sous la main?


18/08/2010
14 Poster un commentaire

Samy, la tortue qui parle d'écologie

Samy, le héros du film «Le voyage extraordinaire de Samy», sorti en salles le 11 août 2010.

Samy, le héros du film «Le voyage extraordinaire de Samy», sorti en salles le 11 août 2010. Studio Canal

PLANETE - Le dessin animé qui sort en salles ce mercredi met en scène les dégâts causés par les humains sur les océans...

«Les algues, c’est bon, le plastique, c’est pas bon». Voici une des premières leçons de vie que reçoit Samy, la petite tortue héros du dessin animé «Le voyage extraordinaire de Samy» qui sort en salles ce mercredi.

Parcourant les océans à la recherche de sa bien-aimée, Samy est confronté aux humains et à leurs pollutions: pétrole, déchets, sacs plastiques,... Le message écologique passe-t-il bien auprès des jeunes spectateurs?

«Y en a des méchants»

A la sortie des salles, les enfants retiennent plutôt le positif. Camille, 7 ans, a trouvé les humains «bien», mais «y en avait des méchants». Lucas, 4 ans, fait le même constat mais ne sait pas nous dire pourquoi les méchants étaient méchants. La présence de personnages sympathiques, hippies ou militants de «Greenwarrior» qui sauvent Samy lors d’une mauvaise passe, aura sans doute eu raison dans l’esprit des enfants des méfaits des pêcheurs de baleines. Ou bien sont-ils déjà habitués à voir la mer criblée de sacs plastiques...

Mais lorsque Samy rencontre un cousin de Paul le poulpe aux prises avec une marée noire, Inès, 7 ans et demi, a bien compris ce qui se passait: «C’était des gaz des bâteaux et ça polluait la mer».

Jeux, comptines, dessins animés...

Pour sensibiliser les enfants à la protection de l’environnement, nul besoin de désigner des bouc-émissaires ou de sombrer dans le pessimisme. Hervé Lefebvre, de l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), conseille de tenir un discours rassurant, au risque de culpabiliser l’enfant.

Des jeux pour apprendre les éco-gestes aux comptines écolo, les initiatives pour sensibiliser les plus petits se multiplient. Pour faire comprendre aux «générations futures» que le changement passera aussi par eux: «Nous aurons de plus en plus besoin des humains pour nous protéger», dirait Samy.

Audrey Chauvet

12/08/2010
4 Poster un commentaire

Marée noire: 180 tortues engluées de pétrole ont été sauvées

Quelque 180 tortues affectées par la marée noire dans le golfe du Mexique ont été sauvées et 

Quelques 180 tortues affectées par la marée noire dans le golfe du Mexique ont été sauvées et 170 sont encore en phase de récupération, a annoncé mardi la directrice de l'Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA). (© AFP Joe Raedle)

WASHINGTON (AFP) - Quelque 180 tortues affectées par la marée noire dans le golfe du Mexique ont été sauvées et 170 sont encore en phase de récupération, a annoncé mardi la directrice de l'Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA).

"Les spécialistes des tortues de mer de la NOAA sont des membres essentiels de la section dédiée à la vie sauvage du commandement des opérations de lutte contre la marée noire, qui a déployé cinq bateaux pour récupérer les tortues engluées dans le pétrole", a indiqué Jane Lubchenco.

Les tortues recensées sont uniquement celles qui étaient "visiblement recouvertes de pétrole" et retrouvées vivantes, a précisé la directrice de la NOAA.

Près de 500 tortues ont en effet été retrouvées mortes depuis le début de la marée noire fin avril, dont seulement 17 étaient "visiblement recouvertes de pétrole".

La cause de la plupart de ces décès n'a pas encore été déterminée mais les spécialistes estiment que ce chiffre est anormalement élevé.

Quelques 700 nids de tortues de mers, contenant 70.000 oeufs, sont par ailleurs en train d'être transportés du golfe du Mexique à la côte Atlantique de la Floride.

Le Centre pour la diversité biologique, un organisme à but non lucratif, a porté plainte lundi contre le ministre de l'Intérieur Ken Salazar, l'accusant de ne pas assez protéger des conséquences de la marée noire les espèces menacées de tortues et de baleines.


28/07/2010
10 Poster un commentaire

Le jour de mon anniversaire!Fallait pas!!!!

                                                                                                                                                                                                                
                 

Une tortue se déplace près du pas de tir de la navette Atlantis au Kennedy Space Center (Floride), le 12 mai 2010


04/07/2010
8 Poster un commentaire

ENVIRONNEMENT - Un réseau d'experts sur la biodiversité va être créé...

                

La tortue égyptienne, une espèce en voie de disparition, Rome, le 22 mai 2007. T. GENTILE / REUTERS

ENVIRONNEMENT - Un réseau d'experts sur la biodiversité va être créé...

Le débat durait depuis deux ans: faut-il créer une plateforme de recherche scientifique sur la biodiversité, à l’image du GIEC pour le climat? 90 pays ont décidé d’un commun accord de donner naissance à ce nouvel organisme, vendredi 11 juin à Pusan en Corée du Sud, lors d’une réunion sous l’égide des Nations Unies.

La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) sera officiellement créée après un vote de l’Assemblée générale des Nations Unies, en septembre.

Des données scientifiques crédibles

A l’image du GIEC, l’IPBES aura pour mission de fournir des données scientifiques précises sur l’érosion de la biodiversité dans le monde, dans le but d’aider les gouvernements à lutter contre la disparition d’espèces animales et végétales.

Afin d’éviter les attaques dont a été victime le GIEC, les études sur lesquelles l’IPBES s’appuiera devront être «crédibles scientifiquement, indépendantes et revues par des pairs». Exit les études produites par des ONG, qui resteront de simples observateurs et ne pourront pas saisir directement l’IPBES.

«Ce n’est pas une histoire de fleur bleue»

Le gouvernement français a été un des plus fervents défenseurs de la création de l’IPBES. Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’Ecologie, s’est félicitée de la naissance de cette plateforme: «C’est une étape décisive, un vrai progrès, a-t-elle déclaré à l’AFP. Il faut qu’on prenne enfin conscience que la disparition de la biodiversité ce n’est pas une histoire de fleur bleue, mais une histoire déterminante pour le développement, une question de sécurité».

50.000 à 100.000 espèces disparaissent chaque année dans le monde, et les scientifiques estiment que la moitié des espèces vivantes que nous connaissons pourrait disparaître d’ici un siècle. Ce rythme de disparition est de 100 à 1.000 fois supérieur au rythme naturel, et remet en question l’équilibre des écosystèmes et l’utilisation par l’Homme des ressources naturelles pour la médecine ou l’alimentation.

Inscrire la biodiversité dans l’agenda politique

Pourtant, des solutions existent pour enrayer ce phénomène: création d’aires protégées reliées entre elles par des corridors verts, restauration d’écosystèmes, agriculture biologique, limitation de l’étalement urbain,... Mais pour cela, il faut une volonté politique qui puisse s’appuyer sur des chiffres fiables afin de mesurer l’atteinte des objectifs.

Ce sera la mission de l’IPBES: «On attend de cet organisme qu'il apporte un consensus sur l'état de dégradation de la biodiversité et surtout qu'il mesure notre dépendance, en termes de développement, à l'égard de la biodiversité, a expliqué Chantal Jouanno. Le problème de la biodiversité, c'est de ne s'être jamais complètement inscrite dans l'agenda politique: le lien avec le développement n'a jamais été fait et donc la biodiversité a toujours été écartée du débat politique». Avec l’IPBES, la communauté internationale n’aura plus d’excuses pour ignorer l’extinction massive des espèces. 

Audrey Chauvet 20minutes.fr 

15/06/2010
0 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :